Il pulvérise le record du Cameroun du saut en longueur

Marcel Mayack II vient de faire un bond de 8m 03 au meeting interclubs de Bafoussam, une performance qui lui permet d’améliorer un record personnel.

Il était déjà auteur de plusieurs performances qui ont fait de lui l’athlète des jeux universitaires pendant plusieurs années. Marcel Mayack II n’a plus de concurrents sur les épreuves de sauts au Cameroun. Après plusieurs tentatives en hauteur, longueur et triple saut, le champion du Cameroun vient de faire une performance qui va le réconforter à canaliser ses efforts dans une discipline, le saut en longueur. Alors que le record du Cameroun établi par Ebong Sale au Canada en 1991 est de 7m 86, il a fallu attendre le mois de mars 2018 pour voir Marcel Mayack II le battre de sept (07) précieux centimètres lors d’un meeting interclubs à Bafoussam. Un an plus tard, toujours sur le sautoir du stade omnisports de Kouekong à  Bafoussam l’athlète né le 17 novembre 1990 écrase son propre record de 10 centimètres. Désormais, le record du Cameroun de saut en longueur porte la marque de Marcel Mayack II avec la performance de 8m 03. L’athlète ne s’en contente pourtant pas, lui qui croit pouvoir aller bien au-delà : « Je crois que j’aurais pu faire mieux dans le même concours, si je n’avais pas fait annuler plusieurs autres essais pour avoir mordu la planche ».

Le saut en longueur n’est pas la seule discipline dans laquelle le champion du Cameroun veut être le plénipotentiaire du pays dans les compétitions internationales. Ses performances en saut en hauteur et triple saut ne sont pas négligeables. Avec la meilleure performance de l’année 2018 qui était de 16m 80, Marcel Mayack II a gagné la médaille de bronze aux derniers jeux du Commonwealth en Australie. Une performance qui lui a donné goût aux podiums internationaux : « J’ai encore deux olympiades avec en apothéose les jeux de Tokyo en 2020 et ceux de Paris en 2024 pour gagner une médaille d’or aux jeux olympiques ». Le conseiller principal de la Jeunesse en service au ministère de la jeunesse sait qu’il faut redoubler des efforts aux entraînements pour battre d’abord les records du Cameroun (17m 12 d’Hugo Mamba)  au triple saut avant ceux d’Afrique. Sa meilleure performance au saut en hauteur (2m 10) l’éloigne de Fernand Djoumessi, l’intouchable  recordman Camerounais de la discipline avec ses 2m 28. « Le saut en hauteur est juste accessoire pour moi, il me permet d’avoir d’autres outils qui me seront utiles aux sauts en longueur et triple saut. Je suis sûre de faire quelque chose pour les performances largement à ma portée ». Pour titiller les champions à Tokyo en 2020 et essayer de gagner l’or en 2024 à Paris, Marcel Mayack II a déjà un programme de travail qui ne lui offre pas de répit. Le fonctionnaire de la République doit assurer au ministère jusqu’à 15 heures tous les jours, avant de se donner entre quatre et cinq heures entraînements six jours sur sept. Nul doute que s’il était dispensé de certaines tâches pour un stage intense, le Cameroun aurait son mot à dire aux jeux olympiques de 2020 à Tokyo.

David Eyenguè

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *