Tour du Rwanda 2019: L’équipe du Cameroun est Hors-course

Déjà trois coureurs Camerounais arrivés hors délais lors des quatre premières étapes du 11ème tour du Rwanda. Sans stratégies de course et sous-entraînés, ils ont contribué à effacer le Cameroun du classement par équipe

C’est le règlement d’une course cycliste à laquelle participent les coureurs constitués en équipes. Il faut au moins trois cyclistes sur les cinq de l’équipe, pour que l’équipe soit classée au temps cumulé individuel des trois coureurs. On n’a couru que quatre des huit étapes prévues pour ce tour du pays des mille collines, et il ne reste que deux Camerounais dans le peloton. Michel  Boris Tientcheu et Clovis Kamzong Abessolo. Jacques Ondoa Zang, Yaou Gadji et Arthuce Tella sont respectivement arrivés hors-délais lors des 2ème, 3ème et 4ème étapes. Pour le reste des étapes, les Camerounais n’annoncent pas les couleurs d’une revanche. Car le meilleur d’entre les deux rescapés, Clovis Kamzong Abessolo est classé 65ème sur 72 et Michel Boris Tientcheu lui, occupe la 72ème place des 72 coureurs classés.

Abandons, non-partants,  hors-délais.

On a souvent remarqué que certains cyclistes, même déjà vainqueurs d’autres étapes dans la même course sont obligés d’abandonner  et de  terminer comme spectateurs. Cela peut être dû à plusieurs raisons parmi lesquelles l’état de santé du ou des coureurs,  ou encore  des chutes graves ayant empêché le (s) cycliste (s) en question de continuer dans l’étape où la difficulté est constatée. Les abandons n’enlèvent souvent rien à la grandeur des cyclistes. Pour plusieurs autres raisons que les directeurs sportifs expliquent souvent, on peut constater au début d’une étape, qu’un cycliste qui a pourtant terminé l’étape d’avant ne prenne pas le départ. Les allergies et autres accidents pendant le repos sont souvent évoqués pour expliquer l’absence d’un cycliste qui est considéré comme non-partant, lui qui avait déjà signé un engagement en début de la course.

Le Hors-délai aussi peut avoir plusieurs explications techniques acceptables (plusieurs crevaisons d’un même athlète dans une étape par exemple). Mais lorsque plusieurs coureurs d’une même équipe alignent des hors-délais à des étapes successives, il n’y a que le manque d’entraînement, l’absence de niveau pour expliquer cela. Trois Camerounais sur les cinq partis au Rwanda ont plongé notre pays dans ce ridicule inexplicable. Joint au téléphone, Honoré Yossi n’a pas souhaité s’exprimer. Il a promis de nous faire parvenir l’adresse d’un des entraîneurs nationaux,  en vain ! Quand on regarde les performances des Camerounais à l’intérieur de chaque étape depuis le début de cette 11ème édition du tour du Rwanda, les écarts entre les cyclistes Camerounais laissent croire aux observateurs avertis de la petite reine, que l’équipe camerounaise a fonctionné dans un « chacun pour soi », alors que le cyclisme est un sport hautement collectif.

David Eyenguè

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *