Football professionnel au Cameroun. Esclavage moderne en 2019

Les présidents de clubs de Ligue 1 et Ligue 2, pris en flagrant délit d’esclavage. Ces négriers des temps modernes ont passé deux ans sans payer les salaires à leurs joueurs.

Le Syndicat National des Footballeurs du Cameroun (SYNAFOC) n’a pas donné la chance aux présidents des clubs dits professionnels de négocier. Après une enquête minutieusement menée aux seins des équipes de nos championnats professionnels, il a envoyé son rapport à la  Confédération Africaine de Football (CAF), à la Fédération Internationale des Footballeurs Professionnels (FIFPRO) et à la Fédération Internationale de Football Association (FIFA). Le constat est clair et irréversible : 24 clubs ont floué leurs joueurs pendant deux saisons entières 2017 et 2018.  Dès réception du courrier du Synafoc, la Fifa a sommé la Fecafoot par une lettre signée de Fatma Samoura, son secrétaire générale : « La Fifa somme le président de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), Seidou Mbombo Njoya. Ce dernier dispose de 13 jours pour se prononcer. Il a jusqu’au 4 mars pour prendre des mesures pour le paiement des salaires et primes impayés des joueurs de la Ligue de football professionnel du Cameroun (Lfpc). «Nous vous demandons par la présente de bien vouloir prendre de manière urgente les mesures nécessaires pour faire en sorte que les salaires et primes dus aux joueurs de ces 24 clubs conformément aux obligations contractuelles pertinentes soient payés à brève échéance».

Une réunion a regroupé ces derniers jours les responsables de la fédération camerounaise de football avec les principaux concernés que sont les présidents de clubs et les responsables de la Ligue de Football Professionnel du Cameroun (LFPC) et le président du Synafoc qu’accompagnaient certains de ses membres, acteurs principaux de l’enquête. Une commission ad-hoc a été désignée pour proposer un échéancier de payement de ces salaires aux joueurs. La commission mise sur pied et qui a à sa tête Faustin Domkeu, président de New stars lui-même incriminé ( ?) a jusqu’au 1er mars 2019 pour proposer un échéancier de payement de ces salaires. La Fecafoot en a jusqu’au 4 mars pour rendre sa copie à la Fifa.

David Eyenguè

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *