« Le Cameroun n’est pas seulement un grand pays du foot »

Lordvick Aduda. Le Chief Executive Officer (CEO) de l’équipe de Gor Mahia a donné une longue interview pour expliquer comment ils ont pu se qualifier au détriment de New stars de Douala.

Il y avait de la place pour l’équipe camerounaise New Stars de Douala, éliminée par Gor Mahia de Nairobi qui va continuer la compétition africaine. L’équipe de Faustin Domkeu avait fait plus de la moitié du parcours en marquant un but à l’extérieur, mais la jeunesse de ses attaquants leur a coûté une élimination à domicile. L’équipe championne en titre du Kenya n’a pas montré beaucoup de bonnes choses à  sur la pelouse du stade omnisports de Limbé, mais son chef de délégation avoue que les conditions d’accueil et d’hébergement au Cameroun ont favorisé leur qualification.

« Il y a eu l’accueil impeccable, puis notre séjour à l’hôtel Seme Beach. Nous avions l’information par notre fédération que notre équipe nationale féminine avait logé ici lors de la Coupe d’Afrique des Nations de football de leur catégorie organisée en 2016. Malgré leur élimination précoce de la compétition, les Kényans avaient ramené de très bons souvenirs de leur séjour, et de nombreux parmi ne rappelaient que l’hébergement, la nutrition et surtout l’environnement de l’hôtel Seme Beach. Quand notre agent contractuel le Camerounais Mamoud nous a proposé cet hôtel, nous avons jubilé ». L’équipe Kényane est donc arrivée trois jours avant le match pour s’acclimater. On pouvait donc remarquer la concentration des joueurs et encadreurs, régulièrement présents au bord de l’océan et dans la piscine à eau glacée de l’hôtel et surtout une présence assidue aux repas, sous le regard amusé du Chypriote entraîneur : « Je comprends pourquoi les Camerounais sont de très bons joueurs. C’est un pays que le monde entier connaît à travers ses prestations en coupe du monde. Quand vous arrivez ici, vous comprenez pourquoi. Tout ce qu’on mange ici est frais. Il y a des hôtels 5 étoiles dans le monde où la nourriture est faite de congelés. J’avais du mal à croire que nous sommes facturés aux prix des 3 étoiles. Depuis que je suis entraîneur de football, mes joueurs n’ont jamais été aussi assidus et disciplinés lors des repas de groupes ».

Alors que les informations souvent relayées sur certains réseaux faisaient état de ce que la ville était en insécurité, les Kenyans ont fait sur place le constat contraire : «  La présence des hommes en tenue qui encadraient toutes nos sorties nous ont été aussi d’un très grand apport. Nous avons fait par nous-mêmes le constat que le Cameroun n’est pas seulement un grand pays du football africain, il y a d’autres éléments comme le tourisme qui méritent le regard du monde. Je vais d’ailleurs le mentionner dans mon rapport à la CAF», a conclu Lordvick Aduda, le chef de la délégation de Gor Mahia du Kenya.

David Eyenguè

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *