Dites à Eto’o de ne plus m’appeler mon père.

Roger Milla. En marge de la conférence de presse que donnait Joseph Antoine Bell à Yaoundé, le vieux Lion a envoyé ce message fort à Samuel Eto’o qu’il somme de revenir à la raison.

C’est un Roger Milla des grands jours qui était en face de la presse ce lundi à Yaoundé. L’ambassadeur itinérant est un soutien inconditionnel à la candidature de Joseph Antoine Bell qui est présenté comme le candidat des footballeurs pour la gestion du football pour les quatre prochaines années. A quelques jours de la fin du règne du comité de normalisation, Roger Milla ne leur a pas offert des fleurs : « Moi je ne veux pas parler de la normalisation, mais depuis 15 mois qu’ils sont là, je ne vois rien de ce qu’ils ont fait. Ils sont incapables de sortir cinq francs pour l’enterrement d’un ancien international. Ils sont incapables de nommer une ancienne gloire commissaire de match. Même pendant la finale de la coupe du Cameroun, le président de la République devait être fier d’apprendre que c’est une ancienne gloire qui est commissaire de match. Ils ne peuvent pas faire ça, Qu’est-ce qu’ils ont changé sur ce que Joseph Owona a fait ? Rien du tout ! Au contraire, il va de mal en pire, notre football. Il est très malade, et vous le savez vous-même. Nous ne voulons pas arracher le football camerounais, mais nous voulons qu’on donne aussi aux anciennes gloires cette chance de diriger ce football. Ils ne veulent pas qu’on donne une chance aux anciennes gloires, parce qu’ils savent qu’il sera bien géré », a tenu à préciser le vieux Lion.

La presse n’a pas été épargné dans lors de cette sortie verbale de Roger Milla : « je vais d’abord vous dire que vous êtes aussi complices de tous ces gens-là qui gèrent mal le football camerounais. Ce n’est pas une insulte à votre égard, mais c’est ma vérité.  Si vous aimez vraiment ce football-là, vous ne devez pas marcher avec ces gens. Parce que quand ils font n’importe quoi comme ils le font là, vous-même vous êtes dérangés. Vous le savez vous-mêmes. Le journaliste est là pour dire la vérité, pour éclairer l’opinion publique. Le peuple qui est là qui attend que les choses changent pour revenir dans les stades n’attend que vos propositions aussi. Je ne vais pas dire que l’autre camp vous a donné beaucoup d’argent. C’est eux qui gèrent l’argent du football, nous on ne gère rien ». Selon l’ambassadeur itinérant, la complicité de la presse a aussi aidé au pourrissement de la situation à la fecafoot.

Interpellé sur les échanges entre Joseph Antoine Bell et Samuel Eto’o sur les réseaux sociaux, Roger Milla s’est d’abord interrogé : « Si vous avez bien lu le message, vous constatez que Samuel appelle Jojo son père. Alors quand un fils commence déjà à bagarrer avec son père à travers les réseaux sociaux, est-ce que vous trouvez cela normal ? La meilleure façon pour un fils, c’est de venir vers son père et lui dire que ce qui se passe là n’est pas bien. Est-ce qu’on peut s’entendre ? Je voudrais bien savoir la raison qui emmène Samuel Eto’o à supporter les autres : Kadji, Seydou, je veux bien comprendre. S’ils ont signé un pacte quelque part, qu’il sorte de là. S’il ne le fait pas, Dieu va le sortir de là ». Le vieux Lion sera même amère avec Samuel Eto’o à qui il a envoyé un message fort : « Qu’il devienne même président de la République demain, on va dire qu’il est parti du football. Je lui demande de revenir dans sa famille. Il n’a pas le droit de faire les bagarres avec les gens qu’il a appelé hier mon père, mon père mon père. Moi je ne veux plus qu’il m’appelle mon père. Tant qu’il n’aura pas changé de comportement ni de trajectoire, je ne veux plus qu’il m’appelle mon père ». A un jour de l’élection qui déterminera le prochain exécutif de la fecafoot, cett sortie de Roger Milla ne risque pas de laisser les choses sur place.

David Eyenguè

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *