Samuel Eto’o Fils dans le mauvais jeu

Elections à la Fecafoot. Alors qu’il n’est pas candidat, l’ancien joueur du FC Barcelone s’est introduit dans le stade pour faire un tacle en arrière à Joseph Antoine Bell en plein échauffement.

Gilbert Kadji est bien connu dans les milieux du football mondial, lui qui est le propriétaire de la Kadji Sport Academy (KSA) qui a formé plusieurs joueurs de renommée mondiale dont Samuel Eto’o. Ce grand promoteur du football n’est pas candidat au poste de président du comité exécutif de la fecafoot, il soutient ouvertement le candidat Seydou Mbombo Njoya. Un candidat sur qui il a misé et surtout à qui il a rattaché Samuel Eto’o. « Je ne suis pas seul à soutenir le Prince Seydou, c’est aussi le candidat de Samuel Eto’o », va lancer le milliardaire propriétaire de l’Union Camerounaise des Brasseries (UCB). Deux soutiens de poids que le candidat Mbombo Njoya brandit pour montrer une future éventuelle santé de la fecafoot au cas où il est élu.

Plusieurs autres personnalités du football camerounais ont des intentions de candidature, et celle de Joseph Antoine Bell semble nuire au candidat Mbombo Njoya. Samuel Eto’o sera donc l’attaquant choisi d’en face pour convaincre le gardien de buts de quitter ses buts pour faciliter l’entrée au filet du ballon du penalty. Dans des manœuvres dignes de campagnes électorales, tout y passe. « Le gouvernement du Cameroun ne veut pas de toi à la tête de la fecafoot, retire ta candidature et on pourra te nommer Directeur Technique National (DTN) », annonce Samuel Eto’o à Joseph Antoine Bell. Un début de conversation qui sera suivi par un accord, à condition : « J’ai vu Gilbert Kadji, et nous nous sommes dit ce que tu sais. Je continue ma campagne comme s’il n’y avait rien, j’attends ma nomination en début décembre comme DTN pour la retirer et vous laisser le champ libre », a répondu Bell à Samuel Eto’o. Une conversation privée, mise en public par l’attaquant des Lions et qui a embrasé la toile. Un tacle non réglementaire qui aurait valu un bon carton rouge, si les règles du jeu étaient celles du football normal.

David Eyenguè

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *