Les Slovaques étaient les plus forts

GPCB 2018. L’équipe de Slovaquie Dukla Banska Bystrica, avec des cyclistes qui sortaient des mondiaux, a remporté logiquement  l’épreuve avec deux étapes en bonus.

On n’en est à se poser les questions sur le rôle des chargés de communication des institutions comme la fecacyclisme. Personne ne le savait avant, même pas les responsables de la fédération camerounaise de cyclisme.  L’équipe cycliste Dukla Banska Bystrica, invitée pour le GPCB 2018 était la plus forte sur le papier, avec deux de ses cyclistes venant tout droit des championnats du monde 2018 sur route à Innsbruck en Autriche. Jan Andrej Cully et Juraj Bellan sont deux cyclistes qui faisaient partie de la sélection de leur pays qui a pris part à l’épreuve du Contre La Montre par équipe des championnats du monde cette année. Une étape qui s’est courue avec ces cavaliers le samedi 22 septembre 2018 sur une distance de 62,4 km, remportée par l’équipe professionnelle de Belgique Quick Steep. Avec deux mondialistes dans ses rangs fraîchement revenus de la plus grande compétition planétaire, les autres équipes avaient moins de chances sur l’ensemble du parcours. Pour plusieurs entraineurs comme Dieudonné Ntep de l’équipe du Cameroun : « Nos adversaires sont les Rwandais Bonaventure Uwiseyimana et Jean Bosco Nseguimana. Il y a aussi Cissé Issiaka qui vient de gagner le dernier tour de côte d’ivoire ». Des déclarations qui cachent à peine l’ignorance des informations sur les autres équipes invitées et qui étalent au grand jour l’amateurisme qui a fait son nid à la fédération.

Le piège était bien préparé.

À Douala le mardi 25 septembre 2018,  la veille de la première étape,  Valery Fotso le speaker de la caravane de ce GPCB 2018 avait lancé une simple phrase lors de la cérémonie de présentation des équipes : « les coureurs de l’équipe slovaque se sont excusés pour leur absence, eux qui sont arrivés un peu fatigués par le voyage ». Personne n’avait alors prêté attention à cette absence « programmée, » alors que Frano Martin et Freedy Blankers, les responsables techniques de cette équipe arrivée la veille montraient bonne mine à la conférence de presse et à la cérémonie devant les autorités. On ne verra les coureurs Slovaques que le matin de la première étape, et surtout, au moment de  la traversée  de la ligne d’arrivée  du critérium. Filip Taragel, pour sa première course expérimentale sur route et à l’étranger, damait le pion au reste du peloton après 92 km sans chutes ni crevaison. Freedy Blankers  jubilait : « Il y avait beaucoup de trous sur la route pour cette épreuve, les autres en ont souffert parce qu’ils utilisent les chambres à air, et nous utilisons les boyaux qui nous ont épargné de ce genre de problème. Le vainqueur d’aujourd’hui fait sa première sortie du pays et de la piste qui a souvent été son espace de travail. Pour une arrivée en sprint, c’était sa seule chance de gagner, et il l’a fait. Pour les autres étapes, on verra ». Pour la suite le lendemain, les deux cyclistes sortis tout juste du mondial ont encore frappé lors de la 2ème étape : Bellan Juraj vainqueur d’étape, et Jan Andrej Cully, 3ème de l’étape. Au départ de la 3ème étape, les Slovaques ont le maillot jaune, le maillot vert et le meilleur classement par équipe. Avec 2 coureurs parmi les 132 meilleurs du monde du contre-la-montre et le meilleur sprinteur de la caravane, les Slovaques étaient largement favoris de ce GPCB, et c’est logiquement qu’ils l’ont remporté, avec un scenario bien monté.

David Eyenguè

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *