La Coupe du Monde en Russie est la meilleure de l’histoire

Gianni Infantino. Le président de la Fifa a donné une conférence de presse pendant laquelle il a passé au peigne fin tous les aspects de l’organisation de la grande messe qui s’est terminée.

C’est dans une tenue des volontaires que le président de l’instance faîtière du football mondial s’est présenté devant la presse mondiale à quelques heures du dernier coup de sifflet d’une compétition qui aura duré un mois. Une simplicité, doublée d’un talent incomparable de polyglotte qui n’a pas laissé les journalistes indifférents. De vive voix, ils l’ont félicité pour avoir troqué son costume de grand dirigeant contre le survêtement des volontaires, ces personnes sans qui cette compétition n’aurait pas eu la même réussite. « Je tenais moi-même à féliciter ces personnes venues du monde entier, sélectionnées et formées pour améliorer les conditions de tous ceux qui ont fait le déplacement de la Russie, pour qu’une information ne vous échappe pas. Quand on sait en plus qu’ils le font gratuitement, on en est émerveillé », a répondu Gianni Infantino. En français, anglais, allemand ou espagnol, le patron de la Fifa n’avait pas besoin du casque traducteur pour donner les réponses des confrères qui fusaient. Gianni Infantino n’avait besoin du traducteur que pour le russe et l’arabe. Il ne finissait tout de même pas de répondre en Anglais ou en espagnol à une question posée dans ces langues-là, sans jeter un dernier « shoukrane » ou « spaciba » qui signifient merci.

Gagner la Coupe du Monde dépend de la qualité des joueurs.

Le président de la Fifa a été interpellé sur la domination des pays européens. Ce continent  qui va  encore enregistrer un vainqueur cette année. La question avait un lien avec le quota de l’Afrique qui pour le journaliste, était largement inférieur à celui du vieux continent. Le patron de la Fifa a été laconique : « Peut-être que si l’Afrique a 30 équipes contre deux européennes, elle gagnera la Coupe du Monde… je rigole. Gagner la Coupe du Monde, cela dépend de la qualité des joueurs, et non du nombre des équipes. En 2026, il y aura 48 équipes, l’Afrique en aura 9 ou 10, et on verra », a lancé Infantino avant de reprendre un autre journaliste sur la qualité du jeu produit par les équipes africaines ici : « Je pense que la mauvaise organisation dans l’administration de certaines fédérations africaines impacte sur la qualité du jeu de leurs sélections. On ne peut pas bien jouer, quand les dirigeants sont mauvais. Nous n’allons plus laisser certaines choses passer, nous allons être dorénavant plus regardants. Nous ne serons plus indifférents à ces nombreux manquements sur le continent africain ».

Le VAR en question

Plusieurs journalistes ont profité de ce dernier échange officiel avec le patron du football mondial pour relancer la question de l’arbitrage vidéo. « Je dois vous avouer que le VAR est venu améliorer le football. On avance, on ne peut plus reculer. Sur les 96 interventions sur le VAR jusqu’ici (deux jours avant la finale, ndlr), les arbitres ont revu les décisions 16 fois. C’est impressionnant. On aurait eu 16 décisions injustes. Je peux vous avouer plusieurs choses importantes que nous ont apportées le VAR : il n’y aura plus de but hors-jeu, et jusqu’ici, il n’y a aucun carton rouge dû à un coup de poing ou de coude volontaire. Chaque joueur sait maintenant que s’il le fait, il y aura quelqu’un pour voir. En somme, cette Coupe du Monde de Football Russie 2018 est pour nous, la  meilleure jamais organisée », a conclu le président de la Fifa. Gianni Infantino s’est montré étonné du rappel que lui faisait le Jour, sur l’absence  de la liste des légendes invitées,  depuis le début de la compétition,  de Roger Milla, incontestablement le meilleur Africain de l’histoire des Coupes du Monde. « Je n’avais pas fait la remarque, nous pourrons le corriger peut-être avant la finale », a tenté de s’excuser le patron de la Fifa.

David Eyenguè à Moscou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *