Croatie et Angleterre en demis après de longues années

CDM Russie 2018. C’est l’affiche qu’on aurait le moins pronostiqué en tout début de compétition. Outsiders, les deux nations se sont forgé du chemin sans tambours ni trompettes.

Sept années seulement après son indépendance née de la dislocation brutale de la Yougoslavie, la Croatie annonçait déjà les couleurs flamboyantes de leur damier en Coupe du Monde en France. Ils avaient donc été arrêtés net en demi-finale par le futur vainqueur, la France. Depuis, « les Flamboyants » -leur petit nom-, sont revenus 3 fois à la grande messe du football mondial, et sont rentrés dès le premier tour. C’était en 2002 au Japon et en Corée, 2006  en Allemagne et 2014 au Brésil. La Croatie est présente en Russie dans un costume de « petit » qui en plus a eu la chance de ne pas rencontrer les « grands » de sa partie du tableau. Après avoir marché sur un groupe D où Nigéria et Argentine ne représentaient pas de grands adversaires, la tâche des Croates a été plus difficile lors des deux tours éliminatoires consécutifs où ils sont passés par des prolongations et les tirs aux buts. Après un nul (1-1) en 120 minutes face au Danemark, ils sont passés (3-2) aux tirs aux buts. Puis, rebelote six jours plus tard face au pays organisateur (2-2, puis 4-3 après tirs aux buts) en quart. Depuis son arrivée en Russie, la Croatie va rencontrer en demi-finale, un vrai morceau, l’Angleterre. La dernière équipe à rejoindre le dernier carré sera la première à jouer sa demi avec deux longs matches consécutifs aux deux précédents tours, mais cette Croatie-là a du cœur. Une équipe qui est bâtie sur un axe Modric – Rakitic, les deux milieux de terrain qui font les beaux jours du Real Madrid et du FC Barcelone depuis des années et que le monde entier connait bien.

L’Angleterre veut profiter de son championnat

Il y a plusieurs années, l’équipe championne d’Angleterre n’avait alors aucun Anglais dans son équipe-type. Le championnat le plus riche du monde avait alors servi aux autres nations au détriment de la « Free Lions » qui terminait en 8ème au mondial 2010 et au 1er tour en 2014. L’Angleterre a donc pris quatre bonnes années pour préparer les joueurs anglais. En demi-finale, la English Premier League est le championnat le plus représenté, avec ses 23 joueurs originaires, mais avec aussi au moins un joueur dans chacune des nations qualifiées. Si l’adversaire des demis (La Croatie) est la moins nourrie avec un seul joueur, la France et surtout la Belgique ont leurs équipes made in England. Après un apprentissage auprès des grands joueurs importés, l’Angleterre s’est formée une jeunesse prête à rééditer l’exploit de 1966. Emmenée par un Harry Kane plus que jamais buteur, la sélection aux « free Lions » n’a subi qu’un seul revers depuis le début de cette Coupe du Monde en match de groupe face à la Belgique (0-1). L’équipe qui n’a pas connu les demi-finales de cette compétition depuis 28 ans a une occasion d’aller jouer une autre finale après celle de 1966.

David Eyenguè à Moscou

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *