Nigeria-Cameroun: Un combat de 49 ans d’âge.

Marée humaine au Stade Omnisports de Yaoundé pour le match Cameroun-Nigeria

Vendredi et lundi prochains, les super Eagles et les Lions indomptables vont se rencontrer pour les 20ème et 21ème fois de leur histoire.

Avantage numérique au Nigéria qui compte 11 victoires contre quatre défaites et quatre nuls face à l’équipe nationale du Cameroun, mais l’avantage historique au palmarès est largement en faveur des Lions Indomptables sur les Super Eagles du Nigéria. Trois des cinq trophées continentaux gagnés par les Lions l’ont été devant les Green Eagles devenus Super Eagles. Les nigérians n’oublieront jamais les dates du 18 mars 1984 à Abidjan en Côte d’Ivoire, du 27 mars 1988 à Casablanca au Maroc et celle du 13 février 2000 au National Stadium de Lagos. Lors des finales des CAN de 1984, 1988 et 2000, les Lions Indomptables leur ont infligé les défaites les plus cuisantes de leur histoire africaine. L’histoire entre les deux sélections voisines et respectées du continent avait commencé en 1968 avec les éliminatoires de la coupe du monde de 1970. Eliminés par les Green Eagles, les Lions Indomptables prenaient leur revanche en 1989, en compostant leur billet pour la coupe du monde de 1990 où un pays africain arrivait pour la première fois en quart de finale de coupe du monde. Il ya eu des matches entre ces deux voisins, mais il y aura ces deux autres confrontations du 1er et du 3 septembre prochains, comptant pour les éliminatoires de la Coupe du Monde Russie 2018. Une seule place est à pourvoir, l’histoire doit être réécrite par les nouvelles générations de joueurs camerounais et nigérians. Si on peut s’attendre à de très chaudes empoignades à Uyo pour le match aller et à Yaoundé au match retour, le Nigéria part avec un léger avantage, celui d’avoir quatre points d’avance sur les Lions Indomptables. Et Hugo Broos a prévénu ses joueurs : « Il nous faut au moins quatre points dans les deux matches contre le Nigéria si nous voulons continuer à rêver de Coupe du Monde en Russie l’année Prochaine. » La bande à Benjamin Moukandjo est avertie.

David Eyengue